Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Alchimie des talents

Hier soir, à Pleyel...

19 Juin 2008 , Rédigé par Catherine Publié dans #Coups de coeur

A Pleyel, hier soir, les amateurs de Tango se réunissaient au Cafe de los Maestros.
Sur scène, les talents avaient... 80 ans!...
Des papys?...
Si vous les aviez vus...!

Un cour entracte et nous nous retrouvions pour cette "musique qui [leur] fait du bien", ont-ils dit aux spectateurs, après plus d'une heure de sons et de chansons.
Ces maîtres argentins des années 60 sont des exemples vivants de générosité, de passion et de jeunesse!

Il n'y a pas d'âge pour aimer.
Il n'y a pas d'âge pour donner.
Il n'y a pas d'âge pour avoir du talent et l'exprimer.
Il n'y a pas d'âge pour croire en la vie et en sa richesse.

Entre eux et la salle, une rencontre, une connivence, à l'énergie contagieuse.
Un exemple de plus du miracle de la co-émergence...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne-Lise 23/07/2008 11:37

"Jeune" RH, je mène dans mon entreprise un groupe de travail sur l'emploi des "séniors". Je suis étonnée par les conseils d'organismes qui prétendent lutter contre les discriminations. Ils nous proposent des pratiques visant à éliminer les "critères discriminants". Par exemple, il faudrait traiter de la même façon le CV d'un "jeune" de 25 ans et celui d'un "senior" de 55 ans. Cette approche me semble d'une grande hypocrisie. L'enjeu me semble plus "culturel" (valoriser l'apport et le + des seniors, des minorités, des différences...) que procédurier (établir des process impersonnels et déshumanisés). Désolée mais on ne travaille pas de la même façon à 20 ans et à 60 ans! et tant mieux! et c'est une raison de plus pour employer les seniors en valorisant leur + et en leur donnant des responsabilités adaptées. Mais la difficulté se situe me semble-t-il souvent au niveau du management: accepte-t-on un management à plusieurs vitesse? une approche stratifiée? manager la différence, ce n'est établir des process déshumanisés et hypocrites, c'est rendre l'entreprise plus vivante, plus ouverte, plus agile. La folie procédurière me semble aller à l'encore de l'ouverture qu'implique l'ouverture à la diversité. Alors Oui pour valoriser les + des séniors, Oui pour sensibiliser les managers à l'enjeu, Oui pour mener des actions "choc" destinées à montrer l'exemple (le spectacle de Pleyel en est une illustration), Oui pour aménager les rythmes et les temps de travail, Oui pour faire évoluer la culture managériale. Mais Non aux procédures, aux normes et aux lois. Anne-Lise

Fabien Chabreuil 17/07/2008 08:58

C'est la culture de l'écrit qui a sonné le glas de l'intérêt porté aux personnes âgées. Alors que dans les sociétés orales, les anciens étaient les porteurs du savoir, les sociétés de l'écrit ont pensé pouvoir transcrire toute leur expérience dans des livres ; ainsi, ils devenaient inutiles. Peu à peur, nous réalisons qu'il y a une autre dimension, plus émotionnelle et moins rationnelle, qui ne peut être transmise que par le contact direct. Demain, "Les anciens, le retour !"

Senior plein d'avenir 01/07/2008 16:26

Ah! les discours et les actes!
Tout le monde est prêt à combattre la discrimination... et pourtant, quelle entreprise accepte aujourd'hui de comptabiliser dans ses "hauts potentiels" des collaborateurs de plus de 50 ans?
Le "jeunisme" est d'autant plus déconcertant qu'il suppose qu'un jeune "haut potentiel" reste dans la même entreprise pendant une très longue période... ce qui sera de moins en moins le cas.
Les maîtres argentins de Pleyel nous provoquent et nous ouvrent des perspectives: le potentiel n'a pas d'âge, il a ses cycles, il a ses rythmes. Son expression, loin d'être une question d'âge, dépend entre autre de la confiance qui lui est faite...